Association Corazoneando

L’association “Corazoneando, Sur les traces d’Osvaldo Pugliese” a été créée le 27 janvier 2007 au Journal Officiel.

L’idée s’est concrétisée sous l’impulsion de quelques uns qui souhaitaient continuer d’écrire l’histoire d’Osvaldo Pugliese (02/12/1905 – 25/07/1995). Nous étions, déjà, tous dans le tango depuis de longues années et nous avions appris à aimer l’apport musical de ce pianiste, son style orchestral et enfin, l’homme engagé qu’il avait été tout au long de sa vie sans renoncer à une once de ses idéaux. Or, il se trouve que son engagement humaniste et politique aux côtés des déshérités est une fibre que nous partageons.

Nous avons déposé les statuts de l’association de type 1901, c’est-à-dire, à but non lucratif, dont le fil rouge qui les parcours est la notion de partage des savoirs en dehors, quand c’est possible, de toute relation commerciale. Nous pensons que partager est plus enrichissant que les échanges basés sur l’argent. Bien sûr, ce n’est pas toujours facile à concrétiser et cela a, parfois, provoqué des tensions.

Le nom de l’association provient du titre d’un de ses tangos écrit en 1958 “Corazoneando”. Quoi de plus joyeux pour une association consacrée au tango que de placer le coeur en son centre et dans une idée de mouvement. Ce titre sonnait comme un cadeau divin, nous nous en sommes emparés.

Deux mois après la création de l’Association nous sommes allés en Argentine pour rencontrer la fille d’Osvaldo Pugliese, surnommée “La Beba”. Notre espagnol étant déficient, nous avons eu la chance de pouvoir coordonner nos vacances avec celles de l’artiste-peintre Liliana Rago, argentine de son état et amie de longue date qui nous a servi d’interprète. Nous nous sommes retrouvés dans un café pour cette rencontre historique, nous concernant. Nous avons découvert une femme dynamique, toujours en recherche. Nous nous sommes dit qu’elle tenait de son père mais aussi de sa grand-mère paternelle à travers les descriptions qu’en a faites Osvaldo Pugliese lorsqu’il disait : que “ c’était une femme extrêmement humble, elle se faisait petite devant les difficultés parce qu’elle était énergique et les circonstances la poussaient à réagir”. Nous n’avons, évidemment pas, cerner toute la vie de son père en deux heures mais nous l’avons déclarée Présidente d’honneur de l’Association, ce qu’elle a accepté avec joie. Nous avions acheté sur l’avenue Corrientes un livre sur la vie de son père, elle nous l’a dédicacé et nous avions, modestement, apporté le numéro spécial de la Revue de tango “La Salida” à laquelle nous collaborions, que nous lui avons donnée et dédicacée comme il se doit. Nous sommes tous sortis du café avec une auréole au-dessus de la tête.

L’association a, dès le début, une activité d’enseignement du tango argentin à travers la mise en place de cours hebdomadaires, niveau débutant les mardis (ou mercredis) et niveau intermédiaire (les jeudis). Les cours et les stages de tango sont animés par les membres de l’association qui avaient, déjà, une pratique pédagogique confirmée. L’équipe d’enseignants est en formation-continue sur l’année.

Nous avons, en parallèle à l’enseignement assuré par les membres de l’association, proposé à Catherine Berbessou et à Federico Moreno Rodriguez d’assurer un cours mensuel. Pendant plusieurs années, ils sont venus de Nantes où ils résident, pour assurer deux cours tango.
Nous travaillons avec eux depuis de longues années et au regard d’un niveau de qualité unanimement reconnu, il nous a semblé quasi naturel de leur proposer de travailler avec l’association. Depuis trois ans nous avons changé la formule par l’organisation de deux ou trois weekends dans l’année à la place du cours mensuels. L’idée de départ était aussi, en leur proposant le créneau du jeudi soir, d’intégrer organiquement cet enseignement à celui donné à nos élèves.

Depuis 10 ans, nous organisons une Milonga mensuelle le samedi après-midi. Les premières milongas s’appelèrent “La petite Milonga”, “Milonga Corazoneando et “La Milonga du moulin vert”, jusqu’à trouver son nom définitif La Yumbaen référence au tango qu’Osvaldo Pugliese a écrit en 1946 et qui est devenu l’emblème de son style. Ce tango est notre “Cumparsita” qui clôt la Milonga. Il faut venir en début de bal pour entendre la “vraie Cumparsita”, qui ouvre la Milonga au lieu de la clore habituellement.

Nous avons souhaité en faire un lieu vraiment convivial où l’on ressort en connaissant au minimum le prénom de son ou de sa voisine de chaise, c’est-a-dire de ne pas attendre, anxieusement, d’inviter ou d’être invité. D’ailleurs nous annonçons, régulièrement, pendant la Milonga que chacun peut inviter chacun.
Evidemment, cela ne résout pas tout, comme par enchantement mais, nous pensons que cela installe un meilleur climat. On sait, désormais, qu’en venant à “La Yumba”, qu’un homme peut inviter une femme, qu’une femme peut inviter un homme que deux femmes peuvent danser entre elles, que deux hommes peuvent danser ensemble et qu’une femme peut guider un homme. Il y a un champ de possibles qu’il reste à tout un chacun d’investir. Bien sûr, chacun reste libre de dire non.

Milonga-Corazoneando-StepDance-2011
Corazoneando-petite-milonga-2013
Corazoneando-milonga-moulin-vert-2014
Corazoneando-milonga-Yumba_2015

Notre milonga est une sorte d’auberge espagnole. Nous nous sommes rendu compte avec les années que cela fait plaisir à tous de “s’amener” en amenant quelque chose. Il est significatif que beaucoup préparent de la nourriture, par exemple, qui en valeur, dépasse largement le prix d’entrée de la Milonga.

Nous prenons le temps d’interrompre la Milonga pour saluer les participants et nous présenter. Ceux qui le souhaitent peuvent aussi se saisir de ce moment et du micro pour parler de leur activité concernant le tango.

Nous proposons aussi un accompagnement musical live avec deux musiciens. Parfois, c’est une démonstration de tango. Dans ce cas-là nous avons pris le parti de proposer à ce couple d’assurer le cours du jeudi à notre place. Cette formule est intéressante pour les danseurs qui se font ainsi plus connaître et pour l’association qui assure ainsi un enseignement diversifié.

Nous proposons également une table de lecture pour celles et ceux qui écrivent sur le tango et que nous présentons, bien évidemment.

Enfin, nous organisons une tombola où l’on peut gagner, devinez quoi…. Un disque original d’Osvaldo Pugliese.

Nous avons enrichi nos activités en proposant depuis 6 ans, maintenant, en association avec TangOleron, un séjour tango au Château de Ligoure, dans la Haute-Vienne près de Limoges. Cette magnifique et imposante bâtisse a appartenu au Frédéric le Play, ingénieur agronome du 19ème siècle. A la fin des années 70, ce château appartenait encore à sa famille lorsqu’il lui a été proposé de le rénover pour le transformant en lieu d’accueil d’activités culturelles, ce que la famille a accepté.

Nous connaissions ce lieu pour y avoir déjà fait un séjour de tango à la fin des années 90. C’est ainsi que nous avons eu l’idée de notre premier enrichissement d’activités. La première édition a été l’occasion d’accueillir Claire et Dario da Silva, professeurs et chorégraphes de tango à Aix en Provence. Ce premier séjour a ravi tous les participants tant par la qualité de l’accueil, la beauté du lieu et l’esprit de partage qui s’y est manifesté.

L’année d’après nous avons accueilli Sandra Messina et Ricardo Calvo avec qui nous travaillons depuis de longues années la formation à l’enseignement. L’enthousiasme a de nouveau été tel que, lors de notre réunion finale d’échanges avec les participants, il a été proposé puis décidé de passer de trois à quatre jours. Désormais, le séjour commence le mercredi soir jusqu’au dimanche après-midi.

Le séjour au château de Ligoure de 2020 a été annulée à cause de l’épidémie. Nous espérons la renouveler en septembre 2021 si les conditions sanitaires le permettent. Les dates sont déjà prévues.

Durant toutes ces années, l’association a souvent été sollicitée dans toute la France pour animer des festivals de tango, tant au niveau de la musicalisation des milongas que de l’enseignement du tango. Nous avons enrichi notre palette d’activités en proposant désormais des conférences sur l’histoire du tango, principalement à propos d’Osvaldo Pugliese, bien évidemment.

 

Philippe Stainvurcel